samedi 23 août 2008

e-Mobilier

Je l'ai déjà dis, Bangalore est une ville qui est en pleine mutation. Son status de "zone franche" pour les entreprises high tech draine ici de nombreux capitaux privés et étrangers, faisant pousser un peu partout de grands buildings top-modernes, et de grandes résidences top-classes dans lesquelles ont fait dormir les ingénieurs.

Mais le problème c'est que cette expansion se fait un peu tous-azimuts, sans plan d'urbanisme, avec l'impression que les pouvoirs publics n'ont rien anticipé ou n'ont pas les moyens de faire suivre les infrastructures locales.

Les routes j'en ai déjà parlé, c'est une calamité. Insuffisantes et trop étroites face à un trafic qui ne fait qu'amplifier, elles provoquent d'interminables bouchons. Et je parle pas de leur état, nids de poules à gogo, quand c'est pas une voie complète qui s'est transformée en chemin de terre façon champs de mine.

Ensuite ya la flotte. Le réseau proche de l'hôtel doit être récent, on a la pression, la quantité, et la flotte semble de bonne qualité. Mais dans d'autres quartiers c'est une autre affaire: ruptures de canalisations viellent de 60 ans et toutes rouillées, eaux de pluie (mousson) qui s'infiltrent dans le réseau et rend l'eau "potable" marron pendant plusieurs heures, etc, etc...

Enfin ya le réseau électrique. A l'hôtel j'ai au moins une coupure par soir. Ça ne dure jamais longtemps puisqu'il est équipé d'un énorme groupe électrogène qui prend le relais, mais c'est quotidien. Parfois la TV diffuse de la neige des nuits entières, laissant penser que la coupure est générale...

Une p'tite dernière pour la route? L'aéroport par lequel je suis arrivé est raide neuf, mis en service depuis Avril. Certains disent qu'il était déjà trop petit pour le trafic annuel (10M de voyageurs), et parlent de réouvrir l'ancien - très proche du centre ville - le temps de construire un terminal supplémentaire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez bien un avis sur la question? Laissez un commentaire :)