lundi 8 septembre 2008

The Great Indian Tamasha

On me demande souvent comment ça se passe, question communication avec les indiens.

Comme je l'ai déjà expliqué, on trouve en Inde plus de 20 langages hindi, ce qui fait que la seconde langue officielle - l'anglais - est parlée par presque tout le monde, même les petits commerçants, serveurs, conducteurs de rickshaw. Autant dire que les adultes "cultivés" ont une maitrise de l'anglaise parfaite, aussi bien du point de vue vocabulaire que syntaxique, j'ai même rencontré un môme de 3 ans qui parle mieux anglais que ses parents.

Moi je n'ai jamais eu un niveau d'anglais exceptionnel, pour pas dire médiocre pendant des années. J'avais un peu progressé en découvrant la Guiness écossaise, les hamburgers de Chattanooga, mais surtout l'été 2004 lors de mes 3 mois en Suède. Depuis je n'avais quasiment pas pratiqué et je redoutais un peu les premières semaines d'acclimatation.

Mais cette fois, l'anglais m'est venu assez naturellement. Je n'ai pas eu le blocage, en compréhension mais surtout expression, que j'avais vécu en 2004. Cette fois l'anglais n'est donc pas le problème, le hic, c'est leur prononciation.

Illustration dans le Times-Of-India d'hier

Imaginez un étranger parlant légèrement français, et qui visite Marseille, le Québec, ou sans doute plus similaire, un des pays d'Afrique Noire comme le Cameroun. Ben c'est la sensation que j'ai eu en arrivant. Certains sont compréhensibles, ils roulent les R, prononcent un peu les W comme des V, mais on arrive à saisir. Pour d'autres c'est beaucoup plus dur, et ça l'est encore aujourd'hui.

Je pense pourtant qu'ils font des efforts pour nous parler, mais malgré cela je n'arrive pas à saisir tous les mots, j'en rate régulièrement, devine le sens de certaines phrases par déduction. Et alors quand ils parlent entre eux, il y a des moments où je ne suis plus capable de dire si c'est de l'anglais ou un langage local.

En fait on va dire que certains ont voyagé, en Europe ou au moyen Orient, et indirectement leur prononciation est plus académique. Mais les jeunes indiens qui ne sont jamais sortis du pays ont un accent beaucoup plus prononcé. Cela provient aussi un peu de leur territoire d'origine. Les habitants de Bombay ou Dehli semblent avoir moins d'accent que ceux provenant de Chinay, ou de Bangalore. D'ailleurs les présentateurs de news à la TV sont facilement compréhensibles.

Un petit exercice? Ci dessous un extrait des "Guignols de l'Info" à la sauce NDTV (New Delhi Television Limited).Le "PPD" a l'accent des présentateurs TV, ainsi que le "Mikeulkeul". Et si vous arrivez à comprendre les 2 premiers invités, vous êtes prêt pour un p'tit voyage ici. :)



Alors ca donne quoi? :)

Le truc rigolo, c'est qu'on a aussi parfois du mal à se faire comprendre. Je sais qu'on a un accent Français terrible, mais quand même. Et la semaine dernière une consolation au petit déjeuner. Un client de l'hôtel assis à coté de moi questionnait un serveur en lui demandant "a bottle of water". Rien de bien compliqué, bien prononcé, enfin moi je l'ai capté du premier coup. Trois serveurs sont venus, aucun ne savait ce qu'il voulait. J'ai fini par montrer une bouteille que j'avais dans mon sac pour qu'ils percutent. Le client était Israélien, et visiblement beaucoup moins habitué que moi à ce qu'on ne le comprenne pas :)

Voilà. Malgré tout la communication est facile, on arrive à se parler, aussi bien pour le boulot que pour discuter d'autres choses. Et puis comme tout pays dont ce n'est quand même pas la langue maternelle, ils sont beaucoup plus indulgents que les américains ou les anglais. Le top c'est que maintenant, j'peux mater mes films VO sans sous-titrage!

A tchao bonsoir !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez bien un avis sur la question? Laissez un commentaire :)