samedi 27 septembre 2008

Professeur Belet

Lisez moi ça, c'est rigolo:  "Les glaçons" par Virginie @ "Expat à Bangalore"
Ça m'a bien fait rire et me fait penser, dans une moindre mesure quand même, avec ce que je vis quotidiennement en ce moment au boulot.

Je travaille avec quasiment que des ingénieurs. Ils sont intelligents, d'un strict point de vue technique ils bossent aussi bien que des français, mais ils leur manque principalement l'expérience, la rigueur et l'organisation - tiercé à mettre dans l'ordre suivant les cas. De part leur statut/travail on s'attend à ce qu'ils soient d'esprit vif, qu'ils percutent rapidement quand on leur explique quelque chose. Si pour certains c'est le cas, pour d'autre j'ai parfois l'impression de me battre face à un mur d'incompréhension, sans que j'arrive à saisir si cela provient de ma manière d'expliquer, de mon anglais, ou si c'est dû à un quelconque blocage culturel, une façon de penser ou une éducation qui ne correspondrait pas avec nos habitudes européennes.

La liste des commentaires pourrait être longue, surtout par ceux avec qui j'ai travaillé, mais j'pense que je suis quelqu'un qui aime bien apprendre les choses aux autres (enfin plutôt l'après midi et après quelques cafés quand même). J'essaye en général d'expliquer les choses le plus précisément possible tout en m'adaptant avec ce que je pense que la personne à besoin ou est capable de comprendre. Mais, parce qu'il y a un mais, si je suis capable de ré-expliquer une deuxième fois de manière différente, de compléter et argumenter au besoin, cela m'énerve vite si l'interlocuteur ne comprend pas ce que je considère qu'il devrait, sachant que je pense avoir déjà fait l'effort de l'expliquer le plus simplement possible. Personne n'est parfait, et c'est pourquoi je ne serai jamais prof, mon seuil de tolérance est trop bas pour ré-expliquer 10 fois la même chose.

En ce moment au taf, nous sommes en phase de test du programme que les indiens ont développé. C'est bourré d'erreur, incapable de lire 5 lignes de document sans trouver quelque chose qui n'est pas implémenté de la bonne manière dans le programme. J'ai passé la semaine à tester une partie qu'on aurait normalement bouclé en moins d'une journée. Incroyable, limite désespérant. On parle de 2 vues avec uniquement quelques capteurs, 5 vannes et 7 pompes, c'est pas la mer à boire, pardon, à dessaler :).

La plupart des erreurs sont dues au fait qu'ils n'ont pas été assez rigoureux sur la lecture des documents (vision très générique des choses, pas de prise en compte des spécificités de chaque équipement), certaines parce qu'ils ne l'ont pas été assez sur la duplication de ce qui fonctionnait, et enfin un certain nombre parce qu'il leur manque une réelle expérience d'automaticien, qu'ils ont développé le programme d'un point de vue strictement informatique sans conceptualiser l'impact réel que cela pouvait avoir sur une installation physique. En gros pour eux, une vanne ou un moteur n'est qu'un module de programmation, et du coup ils sont capable de leur faire faire des choses qui ne marchent pas "in real life". Ce genre de chose n'est pas toujours explicitement décrit dans nos documents de spécification, ça coule de source en quelque sorte, on considère ça comme acquit, ou encore on appelle ça "les règles de l'art".

Sur les 2 premiers points je ne peux généralement pas faire grand chose sinon constater et leur demander de corriger tel que c'est marqué dans le document (heureusement très très détaillé), en cherchant parfois à leur donner la raison de telle spécificité. Par contre sur le dernier même si on est pas là pour les former, il est normalement plus intéressant de leur expliquer le pourquoi du comment, afin que si un cas similaire se présente ailleurs dans le programme, ils soient capable d'identifier tous seuls qu'il manque quelque chose. Et là, c'est pas systématique heureusement, mais parfois pour un truc que je trouve très simple, limite évident, il me faut une plombe pour arriver à ce que je veux. Je me répète mais soit j'explique mal, soit il y a certaines choses que pour une raison inconnue ils ne comprennent pas comme je l'attend.

Quand ça part comme ça, ça en devient totalement comique. T'expliques une fois, tu penses qu'il a compris mais même si il te répond toujours pas la positive, ya quelque chose dans le regard ou dans la façon de dodeliner la tête qui te fait douter. Tu recommences pareil en lui demandant  de confirmer chaque partie de l'explicatif, ça devient de plus en plus évident qu'il ne capte rien à ton explication. Et si t'arrives à le faire sortir de son mutisme, il te répond avec quelque chose qui n'a totalement rien à voir, tu te rends compte qu'il est totalement à côté de la plaque, t'as l'impression d'entrer en mode "quatrième dimension" parce que du coup toi, t'arrives pas à piger comment il est arrivé à ce raisonnement par rapport à ce que tu viens d'expliquer. A partir de là, la durée de l'épisode est incertaine :))

Ici j'arrive à relativiser, à prendre un certain recul, tenter quelques fois supplémentaires l'explication. Disons que j'ai monté le seuil de tolérance, mais il revient vite à l'état initial (truc vraiment trop simple, fatigue, ras l'bol, etc...). Du coup par moment j'avoue que comme Virginie avec ses glaçons, je laisse tomber. Si je sens que j'ai pas le courage, j'évite même de me lancer dans l'explicatif, je fais appliquer bêtement, "j'veux ça comme ça parce que, pis c'est tout".

Et si j'suis en forme j'tenterai la formation quand je retrouverai la même bêtise... 20 lignes plus loin. :)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez bien un avis sur la question? Laissez un commentaire :)