mardi 15 juin 2010

Viriat Marathon

   Ce samedi, je suis de nouveau réquisitionné par le club de Villemoirieu pour faire une pige au sein de l'équipe. Ho ca n'a rien d'une contrainte, plutôt l'occasion d'un super après midi entre potes. Afin de cumuler les plaisirs, d'un coup de moto je rejoins Viriat dans l'Ain, au nord de Bourg en Bresse. Les bords du Rhône sont bien agréables, et le retour par la route Amberieu-Belley frisera le nirvana motocycliste.  Mais avant ça, c'est mon moteur interne qu'il va falloir faire tourner à plein régime.

   Le marathon de Viriat par Equipe n'est pas un Ekiden. Une équipe de 6,  mais un parcours de 6km a parcourir une fois chacun, plus une fois en commun. J'y avais participé en 2008 avec les kikou de l'Ain, cette fois nous serons concurrents. Pour cette édition, présentation de mes partenaires. L'idée initiale de Michel était de compléter l'équipe des 6h de Mure. Je retrouve donc Benjamin qui sera notre leader et qui aura la "chance" de faire le dernier relais, celui qui s'enchaine avec le tour commun. Anthony est également de la partie, on a généralement des chronos assez proches. Jean Claude, dis "le coach", n'est par contre pas dispo. Reste donc 3 places. Laurent frère d'Anthony et Bernard notre vaillant V2, sont réquisitionnés. On prédit qu'ils auront un niveau à peu près équivalant et leur tache ne sera pas des plus aisées, c'est eux qui vont souffrir le plus sur le dernier tour commun. Enfin je fais connaissance avec Philippe Noiret, nouvelle recrue du club. Je ne le connaissais que de nom mais je sais qu'il va bien. A force de jouer avec les classements des courses de l'Isère, c'est vrai que je commence à connaitre beaucoup de noms :)

   Objectif? Aucun, sinon d'être bien sûr à fond. Pour avoir scruté les résultats des années précédentes, j'estime qu'un top 10 est possible. Il y a quelques années un podium aurait même été jouable. Mais Viriat est devenu populaire, presque 200 équipes cette année soit une des courses les plus fréquentées de l'Ain. Les places d'honneur seront probablement d'un autre niveau - les Burundais de Rispoli et le team Run'Alp faisant généralement le déplacement - et il y a du beau monde derrière également. Plus personnellement, il s'agit bien entendu d'améliorer ma marque de 25'05 sur le tour solo, et si possible un chrono sous les 23' qui correspond à mon allure 10km.

   Je retrouve les 6 équipes de Villemoirieu, passe dire bonjour aux kikous, et c'est rapidement l'heure du départ. Légèrement en retard, c'est visiblement habituel mais pas bien grave, même si les coureurs sur la ligne doivent un peu s'impatienter. Philippe en tant que n°2 va prendre le départ pour nous placer. Le soleil tape fort, pas de vent, on sait que ca va être chaud pour ce premier relais. Au bout de la première ligne droite il passe bien placé dans les mollets d'un Burundais, on ne se fait pas d'illusion, ça va pas durer. Burundais qui revient seul loin devant la meute en moins de 19' (!!), suivi d'un RunAlp' dans les 20'. Philippe rentre bien esseulé, la chaleur attendue l'a fait souffrir dans le final, mais il claque un beau 22'07, on est dans les 15.

   L'équipe kikou a un équipier de choc qui les a placé sur un orbite qu'il va être difficile de tenir. Franciss est reparti en 3 ou 4ème position, Wow !!!! Je l'encourage un max, no stress le Franciss, il sait qu'il part pour un relais ou il va se faire déposer par pas mal de monde. Mais c'est pas forcément l'idéal pour se surpasser non plus. Anthony a pris le relais 2 en 22'47. Well well well, les 23' sont donc jouables. Départ de Laurent, ce sera ensuite le tour de Bernard et de ma pomme. On observe aussi les équipes de tête. Tiens départ d'un Run'Alp qui me dis qqchose, il va bien, ce doit être un gras connu. Tu m'étonnes, 1h plus tard en le croisant, je réalise que c'était Nico. Je l'ai même encouragé sur le parcours sans faire plus la relation  :)

   C'est l'heure d'aller m'échauffer sur une partie du parcours. Il y a notamment la petite cote du 2ème kil que je souhaite revoir, et il est toujours bon de se rafraichir la mémoire pour le finish. Footing donc, et encouragement à tous ceux que je croise. Aller et retour commun sur cette première partie, du plat jusqu'au kil 1 et très légèrement descendant jusqu'au kil 2. Là commence une boucle en sens unique, et la fameuse cote. Je la monte tranquillou, elle est finalement plus courte que ne semblait l'indiquer ma courbe d'altitude d'il y a 2 ans. Ca veut donc probablement dire que la suite est en léger faux plat pour quelques centaines de mètres supplémentaires, mais ça me parait pas si pire. N'étant pas encore à mi-parcours, je décide de ne pas boucler le tour et de rentrer en sens inverse. Je croise Bernard au kil 1, c'est bon, j'ai le temps de rentrer et de finir de me préparer. Je fais quelques tests d'allure en m'accrochant à des coureurs qui finissent leurs tours, et boucle mes 5km d'échauffement. Les jambes semblent ok, je n'ai en tout cas plus de lassitude dans les cuisses comme ressentie en milieu de semaine.

   Avec ce départ à 14h et mon temps de trajet, je n'ai pas mangé grand chose et boulotte ma deuxième pâte d'amande ainsi qu'un gel. Ça devrait suffire, je n'ai pas vraiment faim et c'est quand même un effort assez court. Retour de Bernard. J'apprendrais par la suite que comme escompté, lui et Laurent ont bouclé leurs tours dans un temps proche de 24'30, c'est plus que correct. Pour l'heure c'est à mon tour de jouer. Départ forcément rapide, j'essaye de ne pas trop m'emballer. Un équipier de Balan me passe après quelques centaines de mètres. Je suis assez facile et hésite à m'accrocher. Coup d'oeil à la montre qui affiche encore plus de 17.5 km/h. Te te te, trop rapide ça. Je le laisse prendre un peu d'avance, soit il est vraiment plus rapide que moi, soit ça ne vas pas durer. Son allure baisse d'ailleurs progressivement, je le repasse juste après le premier kil bouclé en 3'38. Je suis plutôt bien et garde l'allure, j'en garde juste ce qu'il faut sous la semelle, deuxième kil en 3'48. Bien. Légère descente jusqu'à la cote. L'allure baisse sensiblement mais je maintiens un bon 13km/h. Ravito en haut, je chope un verre d'eau à la volée et me relance bien sur le rythme initial, 4'03 au 3ème. Le faux plat, s'il y a, ne me gêne pas trop, on traverse le quartier résidentiel. Une douche a été improvisée à partir d'une borne d'incendie, ca rafraichit.

   Fin de la petite boucle,  nouveau ravito, puis la descente du retour, je déroule. J'ai raté le 4ème kil probablement au début de la descente, mais sens que je suis toujours assez bien. Je contrôle régulièrement mon allure, hésite presque à hausser encore le ton, mais joue la prudence. Je n'ai pas d'entrainement spécifique à cette vitesse si rapide et suis un peu inquiet d'exploser avant la fin. Passage au 5ème, 7'15 sur les 2 derniers, ca confirme mon ressenti. Et j'intensifie pour me mettre vraiment dedans sur ce dernier kil. Maintenant faut tenir jusqu'au bout. A 500m du but ça devient chaud, je m'accroche, la reco à l'échauffement m'est bien utile. Dernière ligne droite, j'allonge. Dernier 100m, sprint habituel devant les spectateurs :p. Passage de relais d'une tape dans la main de Benjamin, j'ai fait le job. Michel qui a chronométré tous les relais m'annonce 22'44. Chouette. Je suis content. Évidement quand ca se passe bien on a un peu l'impression qu'on aurait pus en faire un poil plus, mais j'ai bien géré mon tour. Ya quand même un sacré plateau car je ne fais que je le 72ème temps avec ce chrono.

   Je rejoins le groupe et me pose quelques minutes, m'hydrate bien, prend un nouveau gel. Par expérience des 6h de Mure je sais que les 22mn max que va mettre Benjamin à faire son tour est une récup finalement assez courte. Et qu'il ne faut pas trop se disperser, surtout que derrière ya 6 bornes à assurer, pas 2. Au bout de 15mn on se rapproche de la ligne de départ. Les Burundais finissent logiques vainqueurs, ils nous avaient pris un tour au début de mon relais. Benj' claque un beau 21'30, il doit même avoir repris une place. Et c'est parti pour notre tour commun. Le premier kil est un peu rude pour lui mais il n'en dis rien. On laisse Laurent et Bernard faire le rythme, surtout ne pas les forcer à se surpasser. Je controle régulièrement dans les bouts droits, personne n'est à nos trousses. Et on sait l'équipe partie devant nous assez loin, aucune chance de les rattraper. Ya donc juste a gérer pour garder notre place, mais on va pas non plus chercher la perf du siècle. Ce que l'on fait sur une base de 4' au kil. Tant pis pour Michel qui pronostiquait un dernier tour plus rapide que leurs perfs solo, ca aurait peut-être été le cas en cas de bataille avec une autre équipe. L'allure un peu en dessous me permet d'être à l'aise, sans stress sur ma capacité à tenir jusqu'au bout, mais c'est pas non plus le footing du dimanche et il faut s'y employer. Surtout que le premier tour se faire quand même un peu sentir, il m'en faudrait pas beaucoup plus.

   J'ai quand même plus de facilité pour répondre aux encouragements des nombreux spectateurs, remercier les bénévoles signaleurs, faire la bise aux jeunettes qui donnent de l'eau. Oups non, vont être trop dur à rattraper devant, une autre fois sans doute. Par contre je piquerai bien une des bières des signaleurs qui ont visiblement été ravitaillés. Patience, elle nous attend la fraiche. Sur le dernier kil on sent que ca devient dur pour Bernard et Laurent, on a rien à gagner mais ca sent l'écurie et sous nos encouragements ils ont sans doute accéléré un peu. Dernière ligne droite, on s'aligne pour la photo, passage sur la ligne en 2h44. Sur l'autre planète ils ont bouclé ça en moins de 2h12 mais ont laissé filer le record de l'épreuve (avec quand même 18'38 sur leur dernier tour commun !).

   Enfin voilà, ça c'est fait. Au général quelqu'un nous annonce 8ème, je nous croyais 11ème. Ou l'inverse. Bref on s'en fou un peu en fait.  Il nous reste surtout à encourager nos autres équipes qui en terminent, prendre une rapide douche brulante à souhait, et surtout surtout boire quelques roteuses en guise de récup. C'est pas la partie la plus désagréable, loin de là, et il me faudra quelques heures avant que je trouve l'envie de remonter sur mon destrier. Je pars alors que la fanfare accompagne l'arrivée de la dernière équipe, que la framboisine coule à flots, et qu'une pasta party va permettre aux locaux de continuer la fête encore quelques heures. Une organisation sans faille sur la journée, et une popularité bien mérité. Sur que l'an prochain l'épreuve fera encore le plein.


Résultats:
Hommes: 
1. St Vulbas Rispoli - 2 h 11 mn 50 s
2. Constructions Nuguet - 2 h 24 mn 40 s
3. Run'Alp - 2 h  27 mn 34 s

11. Villemoirieu  - 2 h 44 mn 50 s

28. Les Amis de Kikourou - 3 h 01 mn 17 s

Femmes:
33. Les Filles de l'EAB - 3 h 06 mn 01 s
54. Les Gazelles - 3 h 16 mn 16 s
82. Les Amistinguettes - 3 h  25 mn 33 s

Mixtes:
14. Les Tamalous - 2 h 48 mn 00 s
17: US Oyonnax - 2 h 50 mn 56 s
18: Mille Pattes Mixte -  2 h 51 mn 14 s

Chiffres:
  • Echauffement: ~ 25mn, 5km
  • Course: 22'44 et 25'40, Dist = 2 * ~6,1 km - 15m D+
    • Tour 1: 3'38.8, 3'48.2, 4'07.3, 3'38.3, 3'36.8, 3'32.2 + 20s
    • Tour 2: 4'05.4, 4'11,9, 4'30.7, 4'08.0, 4'07.9, 4'12.1 + 27s
  • Total: 1h13, Dist = 17.2km - 30m D+
Courbe:

Un bon tour solo. Dam va encore me dire de faire un 10km :)
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez bien un avis sur la question? Laissez un commentaire :)