dimanche 8 novembre 2009

Course des Remparts - Récit

   Samedi je chope un beau coup d'mou suite à cette semaine difficile. J'ai un milliard d'excuses qui vont bien, dormi 8h en cinq jours, une dorsale de coincée, estomac en vrac, temps pourri, la grosse flemme. Je ronque quasi toute la journée, et quand vient le soir, j'suis toujours pas motivé par la course du lendemain. En fait ça serait n'importe quelle course, je laisserai tomber. Mais voilà, c'est à Cremieu et là ya plein de potes à voir. Alors je prépare quand même mes affaires, vais pas faire le déplacement sans courir.

   Pour être bien sûr de me torpiller j'attends le dernier biberon de Zoé, qui tarde, et ne me couche qu'après 3h pour un réveil à 7. Nickel. Évidement avec toute la logistique d'un nouveau né, on débarque juste à l'heure pour que je récupère un dossard, et je n'ai pas le temps de m'échauffer avant de me pointer au départ. La totale donc. Sur la ligne ya du monde. Et du beau monde. La course est organisée par le club de Bourgoin (CSBJ), j'vois quelques t-shirt Spode, et le club de Rispoli - dont le président est je crois de Cremieu - nous a carrément sorti la grosse artillerie des Burundais(e)s. Avoir des gars qui valent moins de 29' au 10km sur une course à saucisson, je ne m'y attendais pas trop, on oubli les places d'honneur :)


    Dans mes turpitudes nocturnes j'suis quand même tombé sur le parcours. Rien à voir avec ce que je décrivais., mais je connais finalement tout le tracé et je sais à quoi m'en tenir. Il s'agit en fait d'une boucle de 5km, principalement sur route, avec au milieu une micro-montée suivie d'une un peu plus raide/longue, et une courte descente technique. Question dénivelé on doit approcher les 100m par tour, pas de quoi fouetter un chat, sinon qu'à la vitesse "10 bornes" ca va forcément laisser des traces. Pan. Ça part, vite, très très vite. Évidement sans échauffement je trouve ça rapide mais quand même, je me vois à la 50ème place et me demande bien ce que je fous là. Rassurez moi ils font tous le 5km? Tout le monde veut être sur la photo du Dauphiné?

   Ayant changé les piles du cardio la veille, je l'ai mal reconfiguré et n'ai pas la vitesse instantanée. J'me traine ou bien? Anthony est juste devant moi, on a le même niveau et lui ne fait que le 5km. Même si je trouve qu'il est parti sagement, on doit pas être si mal. Au loin je perd rapidement de vue Benjamin et Jean Michel, c'est logique, et pourtant je ne les vois pas en tête, preuve que ca va vraiment fort aux avants postes. Michael se porte un moment à mon niveau, on échange quelques mots, puis je m'éloigne légèrement en tentant de rester calé sur Anthony.

   Ce que je fais jusqu'à la première grande cote. Là il s'envole, logique, il ne lui reste plus que 3km de plat et de descente. Je suis au contact des 2 premières féminines. Je les imagines pures routières et pourtant elles passent cette cote avec un bon rythme. Je les laisse grimper devant et relance vite en haut pour recoller. J'suis pas encore totalement dans la course, toujours froid aux mains, et je m'accroche comme je peux aux féminines.

    Arrive la descente. Courte rigole assez raide, des lauzes humides, feuilles, caillasses, le genre bien traitre, j'adore. Stéphane signale de faire attention car c'est très glissant, les filles sont en slic et je me permet d'y plonger avant elle. Je me retrouve vite bouchonné par les types devant, j'en passe un ou deux m'enfin c'est étroit, j'suis obligé de patienter. Puis descente bitumée, je lâche un peu. Je remarque qu'en quelques mètres j'ai fait un bon trou sur les suivants, et plus du tout les filles en vue.

   Je passe mon fan club qui me classe 34ème. Mouaip. Retour aux halles par du plat, c'est toujours pas ça. Je me maudit de n'avoir pas sagement choisi le parcours 5km, ca m'aurait bien suffit aujourd'hui. On traverse les halles, une p'tite boucle en ville et les 5km s'arrêtent, ils sont bien peu. C'est reparti pour un tour, et je commence tout juste à être chaud. Un gars me passe, je m'y accroche. Il me tire comme ça jusqu'au début de la petite montée, sur ce morceau j'suis presque à l'aise. Quand ça s'élève je suis quand même obligé de le laisser filer avec un autre, je me sens limite et j'dois en garder pour la vraie cote. La voilà, faux plat montant sur bitume d'abord, j'en bave un peu. Derrière j'ai vu Michael qui n'est pas loin, avec au moins une des féminines entre nous.

    Puis on attaque le chemin et la pente s'intensifie. Du bas je pense déjà que je vais être obligé de marcher. Mais alors qu'on aborde le secteur sensible, je vois celui qui m'a largué qui est au pas. Ah! Juste ce qu'il me fallait pour me motiver. Je garde une petite foulée, difficile, mais je reviens un petit peu. Il se retourne, se remet à courir quelques mètres avant de re-marcher. Et hop encore un coup de motivation, c'est sûr j'y laisse peut être un mollet mais je la passe en courant cette cote !

   En haut je ne l'ai pas rejoint mais ai réduit l'écart de moitié. Ils sont deux et je pars en chasse, hé hé hé, le gout y est de nouveau. Ca relance sur le faux plat descendant, puis montant. J'ai remis du charbon, j'aimerai attaquer la descente devant eux sinon ils vont encore me bloquer. Virage, foule en vue, j'ai quelques mètres de retard, c'est foutu. Non, les gars ralentissent pour aborder l'entrée, je fais 5 pas de sprint, bloc-pass, m'engouffre à l'aveugle dans la rigole en priant pour ne pas finir la manoeuvre sur le cul. Désolé, "viril mais correct" comme on dit.Bon maintenant s'agit de pas trainer, j'envoi du gros dans la partie technique et déroule grave sur le bitume qui suit. J'aurai les félicitations d'un des gars à l'arrivée, sans rancune :)

   Re-passage devant le fan-club, 24ème. Ouech. Derrière j'ai fait le trou. Reste le kil de plat jusqu'aux halles, j'ai en ligne de mire 2 gars. Au train je remonte petit à petit, on traverse les halles je suis dans les lacets du premier, un de ses potes le prévient. Chic chic chic, ca sent l'explication sur le dernier 100m, je met une mine au chaud. Dernier virage à 180°, tic tac tic tac, ca va péter; j'en rigole d'avance. Au premier passage un gars m'a serré à l'intérieur du large trottoir en nous faisant passer à gauche des bacs à fleur. Ce coup ci je prend la même trajectoire mais mon adversaire reste sur la route et fait un large détour.

    Je gagne immédiatement 2 longueurs, pas drôle. J'entends même un spectateur qui crie au tricheur. Sans aller jusque là, moi qui me délectait à l'idée d'un finish au sprint, ca n'a plus aucun intérêt. Je coupe l'effort et lui fait signe de passer pour reprendre sa place, je termine tranquillou. Michael arrive une minute derrière moi. Belle perf. Il y a 15 jours il perd 10mn à Marseille-Cassis, cette fois il n'est vraiment pas loin.

    Vingt-Quatrième donc, enfin à priori puisque j'ai disparu des résultats officiels (vu pourtant sur une feuille à l'arrivée) :p. J'imaginais pas être aussi loin, mais j'étais loin d'imaginer un plateau si relevé. Le chrono est quand même pas si mal, il y a sans doute un poil plus de 10km (10.5?) et quand je vois Benjamin 11ème, je me dis que même en pleine forme il n'y avait pas grand chose à espérer question classement.

    Arrivé en trainant les pieds, j'passe donc une bonne journée à Cremieu. On a pas raté l'occasion de revoir un tas de gens, et on a honteusement bénéficié de l'hospitalité des autruches Villemoiriennes, merci à eux.

Résultats: 

Hommes
1. Willy Nduwimana - 36 mn 17 s
2. Ezchiel Nizigiyamana - 36 mn 22 s
3. Denis Badel - 36 mn 30 s
24. Moi: - 42 mn 50 s


Femmes
1. Immaculate Chemutal - 43 mn 27 s
2. Francine Niyonizigiye - 43 mn 28 s
3. Laura Dufour - 45 mn 30 s

Carte du Parcours:


Chiffres:
  • Total: 42 mn 50 s, FCMoy = 176, Dist = 10.5 km - 185m D+ , VMoy = 14.7 km /h
Courbe:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez bien un avis sur la question? Laissez un commentaire :)